Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

Le Festin de l’araignée

Non illa loco nec origine gentis clara, sed arte fuit. Arachné n’était illustre ni par sa patrie, ni par ses aïeux : elle devait tout à son art. Ovide, Livre VI des Métamorphoses

Photos.: Charlotte Skurzak

Les araignées me fascinent. Elles peuvent être, selon les espèces, gracieuses, élégantes, terrifiantes, délicates, adorables (avez-vous déjà plongé dans leurs petits yeux mignons.?), mais en règle générale, elles inspirent plus de répulsion que d’amour passionné. J’y vois un signe de leur puissance. Elles sont carnivores, et certaines peuvent tuer un homme d’une morsure. Les araignées sont dangereuses sans avoir pour elles la lascivité du serpent ou des grands fauves. Elles ne possèdent pas l’attrait de la sensualité pour contrebalancer l’image du monstre… à moins qu’elles ne se fassent femmes.?


Mais laissons un instant de côté les fantasmes du romantisme noir. Quelqu’un me dit un jour que l’araignée lui paraissait, en complément avec l’abeille, la métaphore de l’artiste complet.;…

Derniers articles

Ils m’ont assez opprimé dès ma jeunesse

Tableaux d'une exposition

Nocturnes (Nuages, Fêtes, Sirènes)

Trois beaux oiseaux du Paradis